Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/11/2009

Fermeture du site EDF-GDF d'Uzès le 1/12/09

Depuis 12 ans le personnel EDF-GDF d'Uzès lutte pour le maintien du site d'Uzès, soutenu par une poignée d'élus locaux et une centaine d'usagers.
La stratégie patronale a été très simple: réduction des effectifs liés à l'utilisation de la sous-traitance et à des réorganisations supprimant peu à peu les services offerts sur place aux usagers locaux: 23 agents en1990, 19 en 1997, 5 aujourd'hui. Après le 1/12/09, 2 agents continueront à remplir, à tour de rôle, quelques tâches administratives .
Cette stratégie a bénéficié de la complicité des pouvoirs publics, en particulier de la préfecture qui a toujours refusé la participation des représentants du personnel à la commission départementale des services  publics, commission devant laquelle sont présentés les projets de fermeture des sites du département.
L'utilisation de la sous traitance s'est traduite par une baisse de la qualité du service ( erreur de facturation, facturations d'interventions gratuites jusque là, allongement des délais d'interventions…) et par la suppression de 30.000 emplois en 10 ans sur le plan national.
Au 1/1/2010 ne subsisteront que les sites de Nîmes, Alès, Le Vigan et Bagnols/Cèze, ce dernier devant être fermé en 2011.
La fermeture des sites de proximité qui assuraient les études, les travaux, les dépannages et les réparations se traduit par un allongement des délais d’intervention pouvant aller jusqu'à plusieurs mois.

Le but recherché était de permettre à terme la privatisation des 2 entreprises et de rendre EDF et GDF rentables pour ses actionnaires, entrainant des transferts de taches vers un personnel majoritairement précaire, mal rémunéré et mal formé.
Ajoutons que l'augmentation récente du tarif régulé ne se justifiait que pour permettre à la concurrence ( vive les lois du marché!) de devenir compétitive, les autres entreprises ne pouvant rivaliser avec le prix du Kilowatts/heure le moins cher d'Europe, bien qu'elles utilisent les installations que les usagers ont permis de construire en payant leurs factures.
ÉPILOGUE
Il est envisagé des "délestages" (coupures) cet hiver. La France devra importer du courant, en cas de grand froid, or aucune infrastructure importante n'a été mise en service depuis 10 ans permettant de faire face à une augmentation de la consommation.

Les commentaires sont fermés.