Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/03/2010

Communiqué de René REVOL

Communiqué de René REVOL, tête de liste de la liste « A gauche Maintenant ! »
22 mars 2010

Les électeurs ont confirmé à l’échelle nationale leur vote du 14 mars en infligeant une lourde défaite à Sarkozy et à ses candidats. En Languedoc Roussillon dans un contexte où les listes de gauche (représentant 25% des exprimés du 1er tour) ne pouvaient pas être présentes au second tour, les électeurs ont majoritairement utilisé le bulletin « Frêche » pour manifester leur volonté de sanctionner la droite. On constate cependant qu’avec une participation très faible de 44% et une poussée des bulletins nuls et blancs, la liste Frêche n’est élue que par un peu plus de 20% des inscrits, ce qui pèsera sur la légitimité de son action.

Nous constatons que dans la région Limousin où une liste unitaire autour l’alliance Front de Gauche-NPA, s’est maintenue suite au refus du PS de l’intégrer dans la liste du second tour, cette liste de la gauche de transformation sociale est passée de 13% au premier tour à prés de 20% au second tour !

Les questions vitales auxquelles sont confrontés nos concitoyens demeurent : chômage, précarité, destruction des services publics et de la protection sociale….Dans ce contexte le rassemblement qui s’est constitué dans la liste « A gauche maintenant ! » et qui a fièrement représenté dans cette élection une gauche authentique et fidèle à un objectif d’émancipation et de transformation sociale, est décidé à poursuivre son action : nous le ferons en mobilisant citoyennes et citoyens sur les projets que nous avons portés dans cette campagne électorale : relocalisation des activités contre la mondialisation capitaliste, défense des services publics, retour en régie publique de l’eau, défense de la démocratie locale contre la réforme des collectivités territoriales…
Dés le 23 février nous serons dans la rue avec les salariés et les retraités contre la réforme des retraites, pour l’emploi et le pouvoir d’achat.

Nous donnons rendez vous à tous à notre local de campagne (7 place de la comédie à Montpellier) ce 23 février à partir de 17h 30 pour une rencontre conviviale et fraternelle pour marquer à la fois la fin de notre campagne électorale et le début de nos nouvelles actions unitaires.
René Revol.

20/03/2010

Reconstruire une vraie gauche

De loin (je suis actuellement à Djibouti), on réalise combien l'énorme abstention doit nous alerter quant aux regards que d'autres ont sur nous alors que nous sommes encore dans l'imagerie populaire le pays des droits de l'homme !

Cette désaffection massive ne peut pas s'expliquer de manière unique par un rejet de la politique tsarkozienne et est certainement également un rejet de la politique en général avec ces alliances parfois contre nature qui portent au pouvoir (municipal, départemental, régional et même parfois national même si les "tours" présidentiels ont tendance à passer sans depuis quelques échéances) des notables qui oublient trop souvent les voix des électeurs pour rentrer dans une logique de compromis et de gestion de la crise sans remettre en cause le système. Notre organisation électorale est construite pour favoriser cette bipolarité à l'américaine qui ne remet pas en cause les fondements du capital.

C'est ainsi qu'avec un peu moins de 14 % du corps électoral (moins de 30% de 47% de votants), le PS va revendiquer 100 % des présidences des régions en récupérant de manière "naturelle" ces voix de gauche qui se sont portées sur des programmes de réelle rupture avec la logique actuelle de soumission aux "lois" du marché.

Pour ma part, dans certaines autres régions, j'aurai déjà hésité pour remettre au pouvoir régional certains des présidents PS qui n'ont pas changé grand chose quant à la gestion de la région en acceptant les orientations européennes de concurrence libre et non faussée et en jouant le jeu de la droite au pouvoir central de transfert de charges vers les contribuables plutôt que vers les flux financiers. Le plébiscite de ces personnages entretient l'ambiguïté et favorise à mon avis la désaffection des électeurs qui constatent que les choix faits ne se traduisent que bien peu dans les actes concrets ensuite. Tout dépend du "danger" de voir un président de droite de pouvoir réellement l'emporter face à eux.

Pour ce qui est du Languedoc-Roussillon, le choix est simple, même si les "barons" (ces inamovibles cumulards de postes municipaux, intercommunaux, départementaux, régionaux) et les "marquis" (les inféodés que le pouvoir et ses conditions financières et matérielles de fonctionnement attirent à la mangeoire) issus de la gauche "classique" restent dans la cour impériale. Le risque est quasi nul de voir une droite (surtout ponctionnée par une extrême droite qui redresse dangereusement la tête) devancer Frêche dont le classement en DVG serait à expliciter et il serait totalement négatif qu'il se retrouve avec un véritable plébiscite alors que son égo est déjà le principal moteur de son fonctionnement (son dernier petit livre est à ce niveau un chef d'œuvre d'une personnalisation qui ne se gêne pas pour promouvoir des idées qui ne sont pas du tout de gauche).

Le plus visible est de voter pour ne pas accentuer encore une abstention qui est déjà difficile à analyser finement, mais de voter en exprimant une différence ... non pas pour les chiffres qui seront publiés puisqu'ils auront beau jeu de globaliser pour mieux masquer, mais pour que chaque expression visible d'une autre gauche puisse provoquer table de dépouillement par table de dépouillement, un autre regard sur la politique.

Même si nous espérions 10% pour pouvoir être présents au second tour (l'opération du PS avec Mandroux était aussi et même pour moi d'abord mise en place pour cela), nous savions que cette élection était une simple étape dans la reconstruction de la gauche ... la manière de le dire au second en est une autre en attendant les suites dans d'autres cadres de luttes ... y compris sur les décisions à venir du Conseil Régional ...

Denis Ballini

LETTRE OUVERTE AUX 105

LETTRE OUVERTE AUX 105

par Claude Mazauric

Je reviens à vous parce que votre prise de position en faveur de Frêche au second tour des élections régionales, blesse profondément ma conviction de ce que doit être la justesse en politique et l’idée que je me fais de la responsabilité morale d’un(e) élu(e) communiste, désigné(e) par son parti pour affronter victorieusement le suffrage, dit « universel ». Certes, modeste historien et simple citoyen adhérent du parti communiste français depuis cinquante-huit ans, je ne suis pas plus dépositaire de la norme que tout autre et, si d’ailleurs je l’étais, je ne l’imposerai à personne me contentant simplement, comme militant, d’en appeler au respect des principes. Mais, face à la rudesse d’un débat clarificateur qui ne fait que commencer, je revendique ma libre parole, publique le cas échéant, à laquelle vous répondrez si vous le pouvez, si vous l’osez.

Avez-vous oublié à quel type de politicien se rattache le sieur Frêche ? Ici, ailleurs, à la télévision, dans les gazettes, on le présente quelquefois comme une sorte de Raimu languedocien, à la parole truculente, aux parler vrai, à la manière de tout un chacun, un poussah à la larme facile, au cœur généreux, à la faconde toute pagnolesque. Poussant loin le bouchon, Alary lui a même offert, en supplément, la qualité de « visionnaire » ! On attend que vienne le moment terminal du culte de la personnalité… Lequel ne devrait pas tarder au vu des articles hagiographiques de Midi-Libre et des déclarations de Pietrasanta et de Gayssot.

Pour justifier votre capitulation, vous feignez de tenir le grand mamamouchi pour un « homme de gauche », « socialiste » de surcroît, contre l’évidence de tous ses choix politiques, sinon de « gestion » comme on dit, contre l’avis même du Parti socialiste dont il ne cesse de dénoncer la politique quand elle se donne pour une politique de gauche, et de mépriser sa dirigeante actuelle quand elle ose lui dire son fait. Pour justifier votre palinodie, vous avez dû mettre en stand by dans votre discours public et, peut-être même dans l’opacité de votre mémoire ce que le vieux mandarin de Montpellier n’a cessé de déclarer, tantôt pour flatter cyniquement les pires tendances latentes qui sont le résultat des idéologies réactionnaires en miettes qui peuplent sédimentairement l’inconscient des gens, tantôt pour s’ériger en chef de bande à qui on ne la fait pas. Echos qui sont à mettre dans toutes les mains et dont je ne fais ici que citer quelques bribes dont je n’oublie jamais rien : « on s’en fout des agriculteurs, on s’en fout », « les catalans, ils me font chier(…) ils en reprendront pour six ans ! », « alors moi, j’adore les juifs, je les aime (…) mais à propos de la cuisine kacher « dégueulasse » ils sont « têtus comme des bourriques » (…) « les juifs, c’est un peuple (sic) qui est extraordinaire, etc. », ceux qui protestent contre Agresco, même s’il s’agit du parti socialiste, sont « antisémites », « Fabius, celui qui n’a pas une tronche très catholique » (commentaire linguistique à l’appui), « les harkis, des sous-hommes », « les anglaises, j’en ai baisées une quarantaine (…) elles baisent comme des savates », « les gens ne fonctionnent pas avec leur tête mais avec leurs tripes », « les cons sont majoritaires et moi j’ai toujours été élu par une majorité de cons  et ça continue », « des gens intelligents, il y en a 5 à 6% , il y en a 3% avec moi, 3% contre, je change rien du tout. Donc je fais campagne auprès des cons et là je ramasse des voix en masse », « qui c’est qu’a fait l’Algérie, c’est nous ; la plupart des algériens sont analphabètes », « les cons sont cons et en plus ils sont bien dans leur connerie. Pourquoi les changer … ? » « trop de blacks dans l’équipe de France », « les luthériens ( ?) ont voté pour Hitler, les calvinistes ( ?) en France ont résisté », « moi quand je vais en Norvège, j’amène mes boîtes de conserve, un je fais des économies, deux, je bouffe correctement », « Blanc, c’est ta dernière réunion, donc j’ouvre les cordons de la bourse », « j’avais promis un lycée à mon ami, le maire de…, il est mort, je refilerai le lycée à d’autres » : en voulez-vous plus ? Alors lisez Arturo Ui de Bertold Brecht ! Vous y verrez comment l’acte peut métaphoriquement suivre la parole. Mais pour aller voter pour l’Arturo de la Région LR , n’oubliez pas de mettre votre mouchoir devant le nez.

Je connais évidemment votre justification « politique » (si l’on ose dire) : ne pas se séparer du gros des dirigeants et des troupes socialistes dans le Gard et dans la Région qui, majoritairement, paraissent suivre sans barguigner celui qui les considèrent comme un ramassis de cons, ne pas insulter l’avenir qui sera au « regroupement », à la « fédération » des bonnes volontés démocratiques, nécessaires aux combats de demain. Mais qu’aviez-vous à accrocher votre carriole branlante au convoi présidentiel du grand tatou, déjà bien assuré d’arriver triomphant en gare de Montpellier où l’attendra, hilare, comme sur la photo, le sieur Gayssot toujours si fier de sa félonie ? Croyez-vous que le patron vous en sera reconnaissant ? Que nenni ! Et d’ailleurs pourquoi le serait-il ? Les monarques et les potentats, sans exception, Alexandre, Louis XIV, Napoléon, Staline, et tutti quanti méprisent toujours ceux qui les servent : lisez Rousseau, si actuel. Et ne comptez pas plus sur les successeurs désignés (Bourquin, Alary) quand ils seront aux commandes à la suite de Frêche : formés comme ils le sont à la tripatouille et à la ratatouille monarchique, quand vous tendrez le bec, ils vous enverront lécher le bas du dos de leurs convives. Vous vous imaginez encore force d’appoint, vous ne serez que des supplétifs inutiles, venus à la soupe les derniers. Mais vous aurez ingurgité sans honte les paroles infectes du diarrhéique verbal de l’Hôtel de région. Bon appétit, chers camarades !

Mesurez cependant, vous, Clary, Malavieille, Bastid, et les 103 autres qui vous accompagnent, ce que vous avez déjà perdu par votre appel inconsistant : une part considérable de votre crédit politique, un morceau entier de votre autorité morale. En vous affaiblissant, vous affaiblissez aussi le parti qui vous fit confiance : j’espère que lui s’en remettra mieux que vous, mais je n’en suis pas assuré parce que les temps crépusculaires que nous vivons, à l’image de ceux qui marquaient l’antiquité tardive, ne laissent guère le loisir d’imaginer le mieux. En tout cas, d’autres que moi qui suis un infatigable vieil homme, arrivé au terme de sa vie, sauront s’en souvenir.

L’avenir est une longue patience : il n’est donné à personne de croire qu’il lui appartient par nature ou vocation.

Bien à vous,

Claude Mazauric (19-03-2010)

19/03/2010

Le 2ème tour ... et après ?

Liste «à Gauche Maintenant», collectif unitaire du canton de Mèze :
Front de Gauche (Parti de Gauche, Parti communiste), NPA, FASE, Objecteurs de Croissance et associatifs.

La candidate Colette Subirats remercie les 922 électrices et électeurs (8.62%) qui ont soutenu la liste de gauche unitaire incarnant une résistance au libéralisme et au capitalisme, la plaçant en tête des listes de gauche au 1er tour. Les membres du collectif constatent et regrettent cependant l’absence de la gauche sociale, démocratique et écologique au 2ème tour des Régionales. Ils s’exprimeront donc le 21 mars soit par un REFUS DE VOTE, soit par un VOTE BLANC.

Le collectif unitaire « A Gauche Maintenant » du canton de Mèze lance un APPEL à tous les collectifs qui ont participé à l’unité des forces antilibérales et anticapitalistes lors de ces élections régionales à se constituer maintenant en un

Front Populaire Anticapitaliste.

CONSTRUISONS ENSEMBLE LE FRONT POPULAIRE ANTICAPITALISTE !

L'avis d'un ancien élu du Gard

Travailler et vivre dignement en Camargue
et en Languedoc-Roussillon,
OUI !
Assujetti en Septimanie, NON !
Sodol Colombini
Conseiller Général (1973/1985)
Maire d'Aigues-Mortes (1977/1989)
Délégué Syndical CGT des Salins du Midi (1991/2000)
Dimanche 21 mars 2010, je vote NUL !

18/03/2010

Communiqué de presse "à gauche maintenant"

Nous remercions les électrices et électeurs qui nous ont apporté leurs voix au premier tour.

Le score obtenu est un point d’appui pour la construction d’une alternative politique pour le monde du travail.

Nous avons mené campagne sur un programme de rupture avec la droite et les politiques d’accompagnement du capitalisme.

Nous avons défendu :

  • la priorité au service public :
  • l’utilisation de l’argent public soumise à des critères écologiques et sociaux,
  • le refus de la compétition entre les territoires pour un aménagement solidaire et respectueux de l’environnement.

Nous avons mené une campagne très active (près de 300 réunions publiques) avec une mobilisation militante sans précédent.

Nous constatons avec regret que la personnalisation de la campagne a occulté le débat de fond, que la décision tardive de la direction nationale du PS a brouillé les cartes et permis une opération de victimisation de la part du président sortant. Celui-ci a d’ailleurs bénéficié de forts soutiens à droite et n’a pas rassemblé l’électorat de gauche puisqu’un quart de l’électorat qui s’est exprimé a voté pour les trois listes de gauche. Le score important du Front National rend plus nécessaire encore la construction d’une gauche de combat capable de répondre à l’urgence sociale.

Pour le second tour, à l’échelle nationale nous appelons à battre la droite. En Languedoc Roussillon, nous appelons bien entendu à ne donner aucune voix à la droite et l’extrême droite

Cependant, avec la liste conduite par le président sortant, aucune politique de gauche ne pourra être mise en œuvre dans notre région.

Ensemble, nous poursuivrons le combat contre la politique de la droite en participant aux mobilisations sociales, notamment, dès le 23 mars, pour la défense de la retraite à 60 ans.

En tout état de cause, le rassemblement unitaire de la gauche de transformation sociale « A Gauche Maintenant ! » continue.

René Revol, François Liberti, David Hermet

Communiqué de presse des objecteurs de croissance


Élections Régionales 2010

 

Nouvelle désillusion ou nécessité d'ouvrir les yeux pour agir sur la réalité, ici et maintenant.

 

Un mode de scrutin qui prive le tiers des électeurs de leurs représentants au Conseil Régional.

Un mode de scrutin qui permet à un président populiste de diriger la région avec le soutien de moins de 20% de l'électorat.

Un mode de scrutin tellement peu démocratique que 50% des électeurs ne se rendent plus aux bureaux de vote.

 

Mais un mode de scrutin  qui permet aux zélateurs du système de continuer à gérer notre région pour la mettre aux normes du Libéralisme européen, aux ordres des marchés financiers.

Évidemment nous n'apporterons pas nos voix, au deuxième tour, aux listes en présence,car toutes participent de ce système mortifère, qui brise l'humain, saccage nos territoires, détruit la vie, au profit des intérêts d'une minorité.

 

Mais nous n'attendrons pas les prochaines élections pour agir !

Comme nous l'avons proposé lors de la Campagne de la liste unitaire "A Gauche maintenant", les Objecteurs de Croissance agirons pour la relocalisation de notre économie, de notre démocratie, en participant à la création de Collectifs "Relocalisons", en préparant pour cet été à Notre Dame des Landes (44) les premières Assises de la Relocalisation.

Nous agirons dans le cadre de la Campagne "Alimentons nos régions" à installer une agriculture paysanne de proximité.

Nous agirons pour un revenu décent, pour tous, de la naissance à la mort, en préparant les Etats Généraux du Revenu de vie/dotation inconditionnelle d'autonomie, dont la première assemblée préparatoire a lieu en Ardèche le 24 Mai.

Nous agirons, pour la gratuité du bon usage des biens essentiels : la terre, l'habitat, l'eau, l'énergie, les transports de proximité.

 

Pour ne pas réduire nos résistances à des oppositions, nous devons repolitiser la société, et resocialiser la politique.

 

A l'heure où se font les premières expulsions de ceux qui ne peuvent plus payer le rackett locatif, nous agirons pour l'accés, pour tous, à un logement décent, choisis, autonome et sobre dont le coût pour les plus démunis soit pris en charge par la collectivité.

 

L'abstention est due à une désespérance face à la possibilité de changement par les politiques actuelles telle qu’elles s’expriment dans cette fausse démocratie contrôlée par des médias au service des pouvoirs en place. Mais elle dévoile aussi l'isolement des individus, victimes d’une culture qui n’imagine le bonheur que par l’accomplissement personnel, la consommation et la critique de toutes les formes de solidarité (syndicales, associatives, villageoises, informelles). Face à cette impuissance, notre résistance sera de lutter, inventer, expérimenter et valoriser des alternatives concrêtes pour produire, éduquer, accueillir, fêter, s’entraider et consommer autrement.

 

C'est la voie que suggère les Objecteurs de Croissance, et que nous proposons en débat aux Mouvements Sociaux, à la Gauche Alternative et Anticapitaliste, et à l'Ecologie Radicale.

 

Plus d'infos sur : http://objecteursdecroissance-lr.fr

06/03/2010

Ticket TER gratuit

 

Journée TER

Ils ont les télés et les médias, nous avons la rue… et les rails ! Journée régionale de mobilisation sur les transports de la liste "A Gauche Maintenant !"

Il n’y a pas d’heure pour les braves. C’est dès 6h30 du matin qu’aux cinq coins de notre région les militantEs de la liste "A gauche maintenant !" ont commencé leur distribution de billet-tract dans les gares de Perpignan, Limoux, Carcassonne, Narbonne, Béziers, Sèete, Frontignan, Mende, Montpellier et Nîmes.

Plus qu’une classique distribution de tract en gare, cette matinée fut aussi l’occasion de discuter avec les usagers des TER sur les quais mais aussi dans les trains. Près de 400 militants ont arpenté les quais ce matin pour convaincre nos concitoyens. Gratuité des TER, maillage du Territoire, augmentation des cadences des trains, création d’un schéma régional des transports publics sont quelques uns des axes de notre projet régional concernant le transport porté par notre liste à ces élections et que ce jeudi matin nous avons été présenté directement à la population.

Et c’est TER que des militants de l’Hérault, du Gard, de l’Aude, de Lozère, des PO… se sont retrouvés vers 10h en gare de Nîmes bravant le zèlé crocodile-chef de gare pour rejoindre et soutenir nos portes paroles régionaux au bar des Fleurs lors de la conférence de presse consacré au thème du jour, le transport en Languedoc Roussillon.

ticket_ter_ro.png

 

Une atteinte à la liberté d’expression en Languedoc-Roussillon ?


vendredi 5 mars 2010
René Revol, François Liberti, David Hermet et 120 militants de La liste « A Gauche Maintenant » ont rencontré jeudi 4 Mars les usagers des TER de la Région. Que se soit dans les gares de Perpignan, Castelnaudary, Narbonne, Carcassonne, Montpellier, Béziers, Sète, Nîmes ou Alès, l’accueil a été chaleureux et le plus souvent marqué d’un grand intérêt.
Cependant les militants et les candidats s’étonnent de l’accueil que leur a réservé la SNCF.
L’objet était de discuter de la gratuité des transports, de la défense du service public et de son amélioration : en quoi la direction de la SNCF serait gênée par un tel débat ?
L’intervention de la police ferroviaire, de la Police Nationale en vue d’empêcher une interview de René Revol par les journalistes de i-télé (venus à Nîmes en train…) sur le quai de la gare de Nîmes était-elle justifiée par un risque de trouble relevant de Vigipirate ?
L’agression verbale et les menaces d’incarcération du directeur de la gare de Nîmes vis à vis d’un journaliste relèvent-elles de consignes nationales ou régionales ?
L’exigence de quitter les lieux aux militants présents (qui avaient payé leur billet…) annonce-t-elle la fin de la notion de lieu public pour les gares ?
Ou est-ce que le Conseil Régional sortant, et l’État Sarkozy ne seraient-ils pas, chagrins que la question sur la gratuité l’emporte maintenant, en train de s’entendre dans une attitude commune visant à empêcher le débat, la rencontre entre les propositions de la liste « A Gauche Maintenant » et les usagers.
René Revol et la liste « A gauche Maintenant » élèvent la plus vive protestation et exigent une explication publique du directeur régional de la SNCF.
A Montpellier, le 04 Mars 2010.
René Revol, François Liberti, David Hermet

01/03/2010

Voter utile à gauche aux régionales

Il est certain que des candidats issus de la gauche vont être présents sur plusieurs listes, cinq au moins (LO, liste de rassemblement unitaire et citoyenne "à gauche maintenant", Europe-Ecologie, PS-Mandroux, diver-gauche Frêche) même si le bilan et le programme d'au moins l'une d'entre elle (Frêche) a du mal à être vraiment conjuguée avec les valeurs de gauche (solidarité, coopération, humanité, tolérance).

Il est certain aussi que des électeurs de gauche hésitent et que leurs voix vont aller vers l'une ou l'autre de ces listes au risque d'un éparpillement et d'une dilution dans une opposition d'accompagnement souvent caractérisée "d'utile" pour ne pas risquer une victoire de la droite !

Mais utile aujourd'hui ça veut dire quoi ?

 

Utile à Frêche pour battre la droite ? Qu'apporte-t-il de plus si on ne s'arrête pas seulement à ces frasques verbales provocatrices et inadmissibles ? (le livre récent d'André Ferran ("de dérapages en déraison, Frêche se démasque") qui le connait parfaitement bien pour avoir été son avocat pendant des années, et qui montre bien que ce n'est pas cette partie visible de l'iceberg qui est la pire) :

- un accord global sur la réforme des collectivités territoriales à venir qui va éloigner encore plus les électeurs des élus et va même casser les avancées sur la parité hommes:femmes ?

- une mise en œuvre active de la "concurrence libre et non faussée" de l'Europe de  Lisbonne avec la mise en compétition des collectivités et des régions au détriment des hommes et du cadre de vie ?

- une frénésie de béton et de vitrine d'attraction de tourisme de luxe avec entre autres le projet de marina à la place de l'étang de Thau, absurdité écologique ?

 

Utile à un PS qui s'est si souvent disqualifié en étant au pouvoir avec une politique de gestion du capitalisme et qui a tellement tardé pour rejeter les excès de Frêche pour préserver dans son giron le poids électoral qu'il pouvait lui apporter :

- utile à une opération politicienne de dernière heure pour éviter que dans au moins une région les vraies voix de gauche puisse avoir à hésiter entre des listes différentes de celle où s'affichent les pontes locaux du PS affidés à Frêche, alors que la cassure avec ce dernier aurait dû être faite depuis longtemps ?

- utile à lui redonner un vernis présentable alors que la rencontre avec EE a bien montré qu'il était pourtant orphelin de programme et de candidats et que seule l'affichage en tête lui importait ?

 

Utile à un contrepoids du PS après les scores européens de EE en prolongeant un vote écologiste où se mêlent Bové et Cohn -Bendit ? Certains y croient et pensent qu'il est possible d'influer sur un ancrage plus à gauche des verts en y travaillant de l'intérieur et font que la FASE (certes inconnue ... ou presque ... pour le moment mais bien difficile à structurer et à on pourrait être tenté par un simple encrage) dans la mesure où elle n'est pas un parti mais un lieu de rencontres, de débats, de construction commune d'une gauche à réinventer ... et totalement cruciale, au moins par certains de ses membres dans l'accord qui a été signé en LR).

La question pourrait se poser sur cette utilité qui ne permettrait alors que de pousser un nouveau pôle dont les frontières avec le modem resteraient floues, où le rejet du libéralisme ne serait le fait que d'une aile gauche qui aurait du mal à faire oublier un accord global très majoritaire au traité de Lisbonne, où l'écologie butte encore sur une réelle rupture avec le système capitaliste dominant qui ne serait qu'habillé de vert un peu social.

 

Alors, vraiment utile ? Je pense que pour une fois, le seul vote utile est celui qui peut renforcer le pôle de gauche qui se met en place avec un travail en commun effectif pour construire le programme et les documents de campagne, avec une tête de liste qui est totalement crédible dans ses interventions et prend effectivement en compte la pluralité des membres de l'accord, avec la présence intéressante des objecteurs de croissance, avec l'inscription de la campagne dans les luttes en cours, avec l'esprit du débat en réseau du référendum de 2005 et des liens multicitoyens qui recommencent à se tisser comme à cette époque.

Le vote utile pour le 14 mars est de faire que cette liste de rassemblement unitaire et citoyenne "à gauche maintenant" (voir éléments de programme ci-joints) puisse,dès cette étape du premier tour des régionales, faire fructifier cette dynamique qui se met en place malgré les différences encore très nettes dans les habitudes militantes, dans les méthodes de travail ... mais avec une écoute qui permet de réapprendre à faire et à construire ensemble ... dès cette étape pour que le processus puisse se poursuivre :

- dès le soir du premier tour avec un accord dynamique avec Europe-Ecologie et la liste PS-Mandoux pour aller collectivement à la conquête de la Région, contre la droite et contre les dérives de Frêche et des barons politiciens qui l'ont suivis ;

- après les régionales en étant attractifs pour ceux qui trouvent encore que c'est au PS ou à EE qu'il vaut mieux aller pour tenter de les tirer à gauche.

 

Je n'étais pas parmi les optimistes du départ quand le long chemin de l'accord a été entrepris et même très circonspect au début de la mise en oeuvre de cet accord avec les tractations de constitution des listes ... mais je pense que le chemin est devenu intéressant à prendre même si ce n'est certainement pas un long fleuve tranquille ...

Le vote utile pourrait bien être celui qui mènerait la liste "à gauche maintenant" à nettement plus de 10% en arrivant à jouer comme en 2005 du formidable tremplin du bouche à oreille de ses acteurs et de la capacité multipliée d'autant de chacun qui va aller gagner 2 voix, 3 voix, 10 voix ... à suivre avec cette volonté de chacun de ceux qui pensent qu'il est urgent de renforcer une gauche combative devant les attaques que le gouvernement prépare dès le lendemain des régionales.

 

Denis Ballini

animateur de "Rassembler la gauche dans le pays "Uzège-Pont-du-Gard""

animateur de la FASE-30 et de la FASE-LR

 

tract_urgence_sociale.pdf

tract_democratie_definitif-1.pdf

tract_urgence_ecologique2.pdf

expérimentation écologique et sociale.pdf

culture.pdf