Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/03/2012

Vote utile ? Importance d'être en tête au premier tour ?

Quelques réalités des scrutins précédents pour réfléchir sur l'appel au vote "utile" qui est aussi la négation de la libre expression du premier tour en y inscrivant de force les prévisions du second !

Quelques réalités aussi sur l'importance d'être en tête au premier tour pour gagner au second

1974 : Mitterrand est en tête au premier tour mais Giscard d'Estaing est élu au second avec l'absence d'un candidat PC et une extrême gauche à 2,7% qui ne laisse que peu de report possible à gauche 

1981 : Giscard d'Estaing en tête au premier tour et Mitterrand élu au second grâce à une réserve forte à gauche avec un PC à 15,4%, un PSU à 1,1%, des RG à 2,2 % et LO à 2,3 % prouvant que la pluralité à gauche est un atoût et non un handicap

1995 : Jospin en tête au premier tour et Chirac élu en profitant d'un résultat insuffisant des autres formations de gauche que le PS (PC à 8,6%, verts à 3,3%, LO à 5,3%) suite à des appels forts au vote utile !

2007: Royal n'est pas en tête au premier tour et l'appel au vote utile lamine les voix de gauche autres que le PS (moins de 10% au total), ouvrant la porte à Sarkozy

Le système du vote à 2 tours ne garde sa dimension démocratique et ne permet des choix clairs au second tour que si les expressions du premier ne sont pas détournées par le forcing des médias et des partis "dominants" pour le réduire à un simple choix duel !

Face à l’artillerie lourde

Vous avez noté, bien-sûr, comment depuis quelques semaines, les intentions de vote pour le Front de Gauche relevées par les sondages sont à la hausse. Cette fois-ci cela correspond à ce que nous observons de toute part dans le pays avec nos propres instruments de mesure. La marche sur la Bastille et sa première réplique à Lille en attestent. Je n’en dis pas davantage. Cette situation déchaîne contre moi un ouragan de tirs tendus. Les arquebusiers les plus divers du Front National aux Verts en passant bien-sûr par les socialistes et l’UMP sont montés au feu. Je vois bien que cela énerve ! J’en dis le fond des raisons. Puis je viens sur une affaire largement sous signalée : la situation des lycées professionnels. Et comme il me faut faire vite, puisque je dispose de peu de temps pour monter cette note, je vais devoir après bien d’autres recourir à une méthode que je juge assez pauvre le reste du temps : donner des liens sur la toile pour dire ce que j’ai à dire.

face-a-lartillerie-lourde.pdf


28/03/2012

Des mots et des actes ? La maîtrise de la finance mérite de la clarté

Le collectif Pour un pôle public financier au service des Droits! qui réunit de nombreux syndicats, le DAL, la fondation Copernic... interpelle le candidat socialiste et détaille ses propositions pour «une réappropriation collective de la finance au service du développement économique et du renforcement de la cohésion sociale».

http://blogs.mediapart.fr/edition/2012-ce-que-propose-la-...

Pour un pôle public financier au service des Droits.doc

01/03/2012

Europe : pas sans nous !

Appel des 200 pour un référendum

sur le nouveau Traité européen

Plusieurs traités européens ont déjà dépossédé les citoyens de la possibilité de choisir les orientations de l’Union européenne.

Aujourd’hui, la Grèce mais aussi le Portugal, l'Irlande et l'Italie se voient imposer des décisions majeures dans des domaines qui ne sont de la compétence, ni de la commission, ni du conseil européens. Les dirigeants et les technocrates de l'Europe, au service de la finance, enfoncent les populations dans la récession, la régression sociale et la misère, renforçant ainsi les inégalités, les discriminations et la xénophobie.


Le sommet européen a adopté le 9 décembre, le projet du TSCG (Traité sur la stabilité, la coordination, et la gouvernance dans l’Union), dit traité Merkozy. Il cherche à donner une base légale à la répression, la régression sociale et aux dénis de démocratie, durcissant les règles qui figuraient déjà dans le Traité de Maastricht puis dans celui de Lisbonne, imposant de lourdes sanctions «immédiates» et «automatiques» aux pays contrevenants. Cet accord a vocation à engager l’ensemble des pays de l’Union et l'ensemble des décisions politiques.
Les gouvernants qui entendent limiter aux parlements la ratification du traité manifestent leur mépris des exigences démocratiques.

Ils se font les complices de la remise en cause du principe démocratique fondamental: la souveraineté du peuple.

Nous refusons de renoncer à nos droits !!

http://www.referendum-europe.org/


Lire la suite